Apprendre un langage pour comprendre une culture

langage
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest

Apprendre son langage comme la condition sine-qua-non à une compréhension plus intégrale et intime d’une culture.

Ma connaissance de l’anglais m’ a permis de voyager. Avant de m’installer et de travailler ailleurs qu’en France, je m’étais inscrite à l’université en région parisienne en vue d’obtenir un deug en langue, littérature et civilisation Britannique et Américaine. L’apprentissage d’un langage permet de lire des livres dans leur versions originales, et par là d’avoir accès à des textes qui resteront sans traductions bien qu’ouvrant sur d’autres perspectives et traditions. Je ne ferais mention ici des différences de grammaire, de conjugaisons, de lexique et de particularité linguistiques, qui amènent l’apprenant à penser en des termes nouveaux ou renouvelés.

Photo of Eiffel Tower

Aussi on ne doit pas présupposer que les traductions peuvent délivrer tous les sens, significations, poésies et politiques du texte original, en fait la majorité du temps les traducteurs adaptent le texte original à la culture de leurs lecteurs. Par exemple, le mets d’une personne anglaise qui d’habitude à pour snack un biscuit qui ne se trouve pas en France, va être traduit et changé en ‘petit sablé’, biscuit qu’en France tout le monde connaît. C’est à dire que majoritairement les traductions vont effacer ce qui fait l’originalité d’une culture, ou bien le texte va comporter des références traduites littéralement mais qui sans notes du traducteur vont rester incomprises du lecteur (références historiques, ou politiques ou culturelles, sous-entendues, ou s’appuyant sur un allant de soi inconnu de l’outsider).

S’intéresser à une autre culture aussi enseigne comme tout dans la vie peut avoir été pensé autrement. Même des pays très voisins possèdent des infrastructures, des administrations, des habitudes et coutumes, des lois et façons de faire ou de s’organiser complètement différentes. Vivre dans un autre pays ou converser avec des gens venant d’un autre pays (et d’ailleurs aussi d’un même pays mais d’une autre région) va transformer les modes de pensée, simplement de constater que même les actes du quotidien, auxquels on ne pensent plus, peuvent être vécus et se faire d’une toute autre manière.

J’ai travaillé en France et en Angleterre en faisant un métier similaire. J’ai été aide-medico-psychologique, c’est à dire aide aux personnes dites handicapées. En France je dirais que notre formation était très médicale et psychologique, alors qu’en Angleterre le training était plutôt basé sur la législation et le droit des personnes handicapées. En fait pour un rôle apparemment analogue, la formation, et l’interaction pluridisciplinaire se révélaient contrastées bien que complémentaires. Connaître les deux systèmes est d’un très grand intérêt. Les rencontres internationales sont d’un enrichissement exceptionnel. Un de mes buts est de participer à un programme humanitaire commun entre pays africains francophones et anglophones.

J’ai été professeure d’anglais en maternelle en Chine, et pour rejoindre un article écrit sur l’hygiène dentaire sur ce site, une proportion de mes élèves souffraient de graves problèmes de caries. Se brosser les dents n’ait pas coutume pour tout le monde en Chine et aussi la consommation de sucre est élevée (pas de produits sans sucre en vente non plus).

Danser sur des mots et des images pour tenter de faire passer le message est magique. Les enfants chinois apprennent beaucoup de chorégraphies et chansons à l’école. Ce fut une de mes expériences professionnelles les plus positives, les institutrices ayant gardé pour amuser les enfants des vidéos chantées que j’ avais trouvées et téléchargées sur l’internet en anglais sur la nécessité de se brosser les dents quotidiennement ainsi que les supers chansons sur la météo et celles sur l’abécédaire.

Vous avez apprécié cet article ? Visitez le blog de l’Académie 4P pour plus d’informations sur une variété de sujets fascinants

CITATIONS

Étudier une autre langue consiste non seulement à apprendre d’autres mots pour désigner les mêmes choses, mais aussi à apprendre une autre façon de penser à ces choses  – Flora Lewis

On ne comprend jamais tout à fait une langue avant d’en comprendre au moins deux   Geoffrey Willans

Nous respirons dans notre première langue et nageons dans la seconde. – Adam Gopnik, Paris to the Moon

Share this post with your friends

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Scroll to Top